Cas Avant Apres Beance Dentaire

Cas Avant / Après de distractions maxillaires et mandibulaires

Vous trouverez ci-dessous des cas de distraction / disjonction réalisés par le Dr. Thierry Loncle, chirurgien maxillo-facial à Paris et à Neuilly-sur-Seine. On réalise des distractions disjonctions en cas de palais étroit ou d’insuffisance maxillaire avec encombrement dentaire (on parle de dysharmonie dento-maxillaire). Il est le plus souvent souhaitable de pratiquer une distraction maxillaire plutôt que d’extraire des dents (en général des prémolaires).

Nous pouvons avoir à la mandibule une insuffisance transversale avec encombrement dentaire qui peut être traitée par une distraction symphysaire plutôt que par l’extraction d’une incisive.

Ces anomalies transversales sont :

– Soit uniquement maxillaire traitée par disjonction maxillaire

– Soit maxillaire et mandibulaire : traitées par disjonction maxillaire et mandibulaire

– Elles peuvent être associées à d’autres anomalies de Classe II squelettique, Classe III squelettique ce qui nécessitera une deuxième intervention.

Une Classe II squelettique avec endomaxillie

Cette patiente présentait une Classe II squelettique avec endomaxillie et dysharmonie dento-maxillaire et mandibulaire. Elle a été traitée par une disjonction distraction maxillaire et disjonction distraction mandibulaire.

Sur les images ci-dessous, on observe le visage de la patiente en début et fin de traitement (1), la vue occlusale en début, milieu et fin de traitement (2), la vue maxillaire en début, milieu et fin de traitement (3) et la vue mandibulaire en début, milieu et fin de traitement (4).

Utilisez les flèches de navigation pour parcourir les photos / Cliquez sur une photo pour l’agrandir

Une Classe II squelettique avec endomaxillie

Cette patiente présentait une Classe II squelettique avec endomaxillie et dysharmonie dento-maxillaire et mandibulaire. Elle a été traitée par une disjonction distraction maxillaire et une disjonction distraction mandibulaire. Le fait de réaliser la distraction mandibulaire a permis de ne pas avoir à réaliser l’avancée mandibulaire.

Sur les images ci-dessous, on observe le visage de la patiente en début et fin de traitement (1), la vue occlusale en début, milieu et fin de traitement (2), la vue maxillaire en début, milieu et fin de traitement (3) et la vue mandibulaire en début, milieu et fin de traitement (4).

Utilisez les flèches de navigation pour parcourir les photos / Cliquez sur une photo pour l’agrandir

Le fait de réaliser la distraction mandibulaire a permis de ne pas avoir à réaliser l’avancée mandibulaire de la patiente, en réduisant la Classe II.

On observe bien l’avancée de la mâchoire du bas sur les radiographies de profil et les photos de profil avant/après ci-dessous (à gauche, avant la distraction mandibulaire, à droite après la distraction mandibulaire).

Une Classe III squelettique avec endomaxillie

Cette patiente présentait une Classe III squelettique avec endomaxillie.

Elle a été traitée par disjonction maxillaire avec avancée maxillaire dans le même temps opératoire et continuation de la distraction maxillaire en post opératoire.

 

Sur les images ci-dessous, on observe les différents temps opératoires.

Utilisez les flèches de navigation pour parcourir les photos / Cliquez sur une photo pour l’agrandir
Nous contacter
Vous souhaitez prendre rendez-vous ? C’est par ici.

Le Docteur Thierry LONCLE consulte à Paris et à Neuilly. Vous trouverez ci-dessous le contact du secrétariat afin de vous renseigner plus en détail.

Clinique HARTMANN

26, Boulevard Victor Hugo
92200 Neuilly-sur-Seine
Tél. : 01 46 39 89 29

Institut Arthur VERNES

36, Rue d’Assas
75006 Paris
Tél. : 01 44 39 53 11